LE JEUDI 12 NOVEMBRE 2020
Au Centre International de Conférences Sorbonne Université - Site de Jussieu

LES APPROCHES COLLECTIVES DE PRÉVENTION DES RISQUES
À L'ÉPREUVE DES COMPORTEMENTS INDIVIDUELS

MAIS OÙ AVONS-NOUS LA TÊTE ?

C’est la question que nous devrions tous nous poser avant de nous mettre en danger.
Les comportements, surtout ceux qui semblent irrationnels, sont au centre de la prise de risque et résistent aux approches collectives de prévention.
Des personnalités expertes en sciences cognitives et sociales nous interrogeront et examineront des solutions innovantes pour réconcilier individu, risque et collectif.

Nos sociétés vivent de profondes mutations dans ce nouveau siècle d’hypermodernité. Différentes forces sont à l’œuvre.

De récents grands mouvements sociaux tels les marches pour le climat ou les mouvements prodémocratie mettent en exergue des aspirations pour un meilleur avenir en commun. Des initiatives solidaires se multiplient sur le net. 

Mais, une lame de fond s’étend depuis plusieurs décennies.  Une forme de libéralisme économique semble déborder sur les comportements individuels et se substituer aux valeurs collectives.

L’exaltation de la liberté et la réussite individuelle semblent prendre lentement le pas sur des valeurs de solidarité.  On peut dès lors s’interroger sur l’implication de ces changements sur la prise de risques et sur  le type de prévention des risques à adopter.

L’initiative présentée ici vise à répondre à ces questionnements nouveaux : assistons-nous réellement à une montée de la prise de risque individuel au mépris de son impact collectif ?

La notion de « bien commun » s’estompe-t-elle derrière la volonté de satisfaire le désir individuel, au nom d’un concept étroit de la liberté ?

Quels sont les nouveaux discours, attitudes et mesures à prendre pour s’adapter à cette nouvelle donne avec une efficacité accrue ?

En réunissant spécialistes des sciences cognitives, des sciences du comportement, des sociologues, des spécialistes du numérique, des technologies et de l’IA, des psychologues, des « sages », nous espérons dessiner les contours d’un futur plus sûr, moins accidentogène, où les comportements qui les provoquent seraient mieux tempérés.

Ainsi espérons-nous lutter contre une éventuelle fatalité tragique. 

Découvrez la Fondation MAIF

Compte à rebours